[Lecture] Pourquoi est-ce d’importance secondaire d’être premier sur son marché ?

Image Indisponible
Facebooktwittergoogle_plus

Par Guillaume Cossu

 

Cet article s’intéresse à une vision de l’entreprenariat qui persiste encore aujourd’hui : la nécessité d’être LE premier sur le marché désiré. On pourrait défendre le fait que l’homme se veut compétiteur, et souhaite donc être le premier dans ce qu’il réalise, notamment quand l’œuvre concernée est aussi importante (et chronophage) que la création d’une société.

 

Néanmoins, cet article contrebalance cette vision : ainsi, s’il est vrai qu’être premier permet « d’éduquer » le marché, et de ce fait, d’imprimer sa marque de fabrique sur un bien ou service nouveau, vous risquez cependant de subir de lourdes dépenses pour acclimater le marché ou des pertes financières importantes en cas d’innovations insuffisantes.

 

Un très bon exemple sur ce point semble être la société Archos, qui commercialisa le premier baladeur musical, avec 1 million d’exemplaires vendus en 2006. Apple, qui arriva par la suite sur le marché, en a vendu la même année 36 millions.

 

« Être pionnier ne vous garantit rien. Ni la pérennité ni le succès. En revanche, votre position de premier est un avantage. Si votre idée est vraiment brillante et innovante, alors vous serez copié donc ne vous contentez pas de cette position ». 

 

http://1001startups.fr/startup-premier-sur-marche/

 

Par Guillaume Cossu, rédacteur et co-fondateur de Counselution

Suivez nous sur Twitter (@Counselution), sur Facebook, ou abonnez-vous à  notre newsletter pour rester à l’affût de nos futurs articles !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *